La réglementation

Historique du diplôme.

A l’initiative du Ministère des Sports et en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, une réflexion fut officiellement lancée à partir de juin 2001.

Elle s’inscrivait dans une logique de rénovation des filières de formation et diplômes du Ministère des Sports, en suivant les recommandations des Commissions Professionnelles Consultatives de l’Agriculture et de la Forêt et des métiers du sport et de l’animation.

L’évolution de la demande des pratiquants, l’émergence d’activités en lien avec le secteur de la pêche de loisir et les besoins des structures qui les accueillaient, nécessitaient de la part de l’ensemble des Acteurs du secteur, une attention toute particulière en matière de formation, de qualification des cadres pour à terme définir des professions liées à toutes ces activités et notamment celles à dominante du loisir ou du tourisme.

Il s’agissait en fait pour les différentes organisations (Administration, Fédérations, Partenaires Sociaux) de construire des dispositifs coordonnés. Tous souhaitaient le faire avec la volonté de respecter les identités, les dispositifs, les cultures et les spécificités propres à chaque discipline.Le facteur le plus important étant de répondre aux besoins et attentes des pratiquants, tout en garantissant leur sécurité et celle des tiers.

La création d’une spécialité « pêche de loisir » du brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport fut d’abord la résultante d’une étude réalisée sur l’emploi dans le secteur des activités de pêche de loisir en eau douce. Co-signé par ses deux Ministères de tutelle, l’Agriculture et Jeunesse et Sport, ce diplôme d’état fut promulgué au journal officiel le 28 mars 2003 pour son exercice en eau douce.

Pour exercer sur tout le milieu maritime, une Unité Complémentaire Capitalisable (UCC) au diplôme BPJEPS Pêche de loisir nommée Pêche de Loisir en Milieu Maritime fut promulguée le 16 janvier 2006.

Ce diplôme ainsi que son UCC attestent de compétences acquises et validées, tant dans le domaine de l’enseignement des différentes techniques de pêche de loisir jusqu’au premier niveau de compétition, que dans la capacité à pouvoir transmettre et gérer auprès des différents type de publics ainsi que la mise en pratique des moyens visant à garantir leur sécurité et celle des tiers.

Les prérogatives du diplôme.

Les prérotatives du moniteur-guide de pêche sont diverses. Elles sont largement détaillées dans le référentiel métier versé au Registre National des Certifications Professionnelles (RNCP).

On peut cependant les résumées ainsi :

Le Moniteur-Guide de pêche transmet son savoir-faire et initie aux différentes techniques de pêche.
– Il organise, encadre et anime des séances, des stages ou des séjours pêche.
– Il accompagne les publics seuls ou en groupes, en tous lieux où se pratique la pêche de loisir.
– Il fait partager sa connaissance des milieux aquatiques et la valeur patrimoniale du territoire.
– Il promeut une éthique sportive et citoyenne.
– Il exerce son activité en tous lieux de pêche en milieu d’eau douce.

Pour l’exercice dans le domaine maritime et venant en complément des prérogatives écrites dans le BPJEPS pêche de loisir :

– Le Moniteur-Guide de pêche en mer réalise de manière autonome des prestations de découverte, d’initiation et d’animation dans les activités de la pêche de loisir en milieu maritime et ce jusqu’au premier niveau de compétition.

Règlementation de l’activité de découverte, d’initiation, de formation et d’encadrement de la pêche de loisir. (Code du sport)

En mars 2002 le Ministère de la Jeunesse et des Sports a classé la pêche de loisir comme activité physique et sportive (APS).
Dans l’ordonnance n° 2006-596 du 23 mai 2006 relative à la partie législative du code du sport qui codifie l’enseignement du sport, on peut lire :
Article 9 : “Pour l’application de l’article L. 212-1 du code du sport, et dans la période qui précède l’inscription des diplômes, titres à finalité professionnelle ou certificats de qualification sur la liste mentionnée au III dudit article, qui ne peut excéder le 30 août 2007, restent en vigueur les dispositions résultant des trois premiers alinéas de l’article 43 de la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives, dans leur rédaction issue de l’article 24 de la loi n° 92-652 du 13 juillet 1992 modifiant la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives et portant diverses dispositions relatives à ces activités, rappelées ci-dessous :

“Nul ne peut enseigner, encadrer ou animer contre rémunération une activité physique ou sportive, à titre d’occupation principale ou secondaire, de façon régulière, saisonnière ou occasionnelle, ni prendre le titre de Professeur, Moniteur, Éducateur, Entraîneur ou tout autre titre similaire, s’il n’est titulaire d’un diplôme inscrit, en fonction du niveau de formation auquel il correspond et des professions auxquelles il donne accès, sur une liste d’homologation des diplômes des activités physiques et sportives.”